vie associative

L’Association des Amis du Château de Castries (AACC) respire et vit grâce aux travaux de quatre commissions qui œuvrent pour la valorisation et l'exploitation des patrimoines architectural, culturel et historique du site Castriote. Ces quatre commissions sont:

     - Administration générale. Responsable Robert Priu, Président de l'AACC.

     - Culture et animation. Responsable Michèle Burgos, Vice-présidente de l'AACC.

     - Rayonnement, promotion et histoire. Responsable Patrick Bernier, Vice-président de l'AACC.

     - Mise en valeur. Responsable Serge Escuret, Vice-président de l'AACC.

 

 

 

 


FONDATION du PATRIMOINE

Faites un don pour le patrimoine castriote.

 

La commune de Castries, avec le soutien de l'AACC a présenté pour 2020 deux dossiers de financement auprès de la FONDATION DU PATRIMOINE ( www.fondation-patrimoine.org). Les deux dossiers ont été acceptés. Il s'agit de :

 

Restauration des deux cascades et du grand bassin

qui se trouvent dans le parc du Château, pour un financement de 65 000 € HT
 

 

Restauration de l'aqueduc,

pour un financement estimé à 1 500 000 € HT.

 

Il est maintenant possible de faire des dons pour participer à la rénovation de ces joyaux du patrimoine castriote.

La préservation du patrimoine communal
Depuis que la commune de Castries a acquis le château un important chantier de restauration a été entrepris, avec l'aide de tous les organismes institutionnels (État, Région, Département et Métropole) afin d'ouvrir le château à la visite et d'y organiser des manifestations culturelles.

Depuis plusieurs années de nombreux bénévoles de l'AACC s'activent deux matinées par mois pour débroussailler et entretenir le parc et l'aqueduc et leur travail a fait prendre conscience de cette grande cause communale et de l'importance d'aller plus loin dans la préservation du patrimoine local.

Qui peut donner ?

Toutes les personnes physiques ainsi que les sociétés qui le souhaitent peuvent contribuer.

Avantage fiscal

Pour un particulier, le don entraine une réduction d’impôts à hauteur de 66 % du don et dans la limite de 20% du revenu imposable. Ainsi pour un don de 500 €, il n’en coutera au donateur que 170 €.

Pour une société, la réduction d’impôts est de 60 % du don dans la limite de 5 pour 1000 du chiffre d’affaires hors taxes. Ainsi, pour un don de 5000 €, il n’en coûtera que 2000 € à l’entreprise.

Comment donner ?

- En ligne sur le site de la fondation www.fondation-patrimoine.org

- Par chèque, à déposer en mairie, dans l'urne placée à l'accueil .
Attention : chaque projet a son compte. Si vous soutenez les deux projets, il faut faire deux dons distincts :
à l’ordre de "Fondation du patrimoine-Parc du château de Castries" et "Fondation du patrimoine - Aqueduc de Castries".

                                                  


Un groupe histoire pour l’AACC.

 

But : Exploiter le contenu historique riche du site « Château de Castries » pour développer des activités de recherche, de lecture, de synthèse, de rédaction, de publication, de diffusion d’éléments d’histoire concernant le site de Castries (Château, aqueduc, village, villages associés, famille de La Croix de Castries, familles associées). Le but est aussi de montrer vis-à-vis de l’extérieur (Mairie, Métropole, Ministères, etc...) qu’il y a localement et au sein de l’association une expertise sérieuse et conséquente dans le domaine historique.

Méthode proposée (mais d’autres fonctionnements sont possibles) : Chaque personne intéressée et motivée pourrait se voir attribuer (après discussion et choix) un thème précis (par exemple : - « la vie de Joseph-François de la Croix de Castries » ou – « histoire de l’aqueduc au 19ème siècle » ou – « le général de Castries et Dien Bien Phu » ou – « l’évolution architecturale du château depuis sa construction », etc …). On rassemblerait en commun les ressources nécessaires pour avancer dans chaque thème (archives, articles, livres, objets, gravures, photos, etc…). Le responsable de chaque thème ferait périodiquement une mise au point devant le groupe. Après une avancée conséquente on pourrait rédiger une note, un article, que l’on mettrait sur notre site, ou même une publication, un livre, et/ou faire une conférence.

Réunions : Périodiques (tous les deux mois ? les trois mois ? autre ?). De préférence chez le particulier responsable d’un thème, pour avoir la documentation sous la main. Éventuellement au secrétariat de l’AACC.

Responsable : Patrick Bernier au début. Ensuite il faut que ça tourne. Si vous êtes intéressé(e) contactez Patrick Bernier : patbernier@orange.fr.

 


Le château

Des livres, et des livres, et des livres ...

Conséquence des travaux de restauration à l'intérieur du château, l'ensemble du mobilier et de tous les objets ont été redistribués dans les pièces sans travaux dans les étages. C'est bien sûr le cas des nombreux livres, modernes ou anciens, de poche ou d'art, qui étaient distribués dans tout le bâtiment. Depuis le 26 Mars 2019 une petite équipe de membres de l'AACC a entrepris de faire l'inventaire de tous les livres, de les classer selon certaines caractéristiques (thème, reliure, provenance dans le château, dédicace ou non, ...), puis de les ranger dans des cartons pour les stocker en attendant la fin des travaux. Ils seront alors remis, dans la mesure du possible, à la place qu'ils occupaient dans les années 1980.

Le Duc René de Castries, membre de l'Académie Française, recevait jusqu'à son décès en 1986 énormément de livres. La plupart de ces livres étaient dédicacés. Certaines dédicaces, souvent très personnalisées, sont prestigieuses : Edgar Faure, Maurice Schumann, George Pompidou, André Maurois, Paul Guth, Wladimir et Jean d'Ormesson, Daniel Rops, Maurice Druon, André Castelot, Gilbert Cesbron, Jules Romains, Jean Dutourd ...


L'aqueduc

L’aqueduc de Castries est le plus long ouvrage hydraulique de France construit par un particulier, le Marquis René Gaspard de La Croix de Castries.

Dans la seconde partie du 17ème siècle René Gaspard souhaite créer un jardin à la française pour le château, mais il faut de l’eau afin d’irriguer le parc et d'alimenter les bassins et les jets d’eau. Pierre-Paul Riquet dessine alors les plans d'un aqueduc de 6822 m avec seulement 3m de dénivelé pour conduire l’eau de la source de Fontgrand, distante de plus de 5km, jusqu’au château. Les travaux sont confiés aux frères Amans, entrepreneurs montpelliérains et la construction se fait en pierre de Castries. De 1670 à 1676 un chantier colossal est réalisé. L’aqueduc, après avoir serpenté dans la garrigue, rejoint le château sur 100 arches magistrales, de 20m pour les plus hautes.

L’aqueduc amènera l’eau au château jusqu’au début des années 1980. Mais faute d’entretien, les broussailles et autres arbustes envahirent le monument. L’eau ne passant plus, l’aqueduc n'alimente plus le parc du château! Depuis 2003 une équipe de bénévoles de Castries et des environs (les "Débroussailleurs de l'aqueduc") consacre une matinée par mois (le dernier Samedi de chaque mois*) pour nettoyer l'aqueduc et son environnement afin de permettre de voir, un jour prochain, l'eau de la source de Fontgrand alimenter de nouveau les bassins du château.

 

* Les débrousailleurs de l'aqueduc se réunissent à partir de 8h30 sur le site de la Croix Coulon à Castries.

 

Les débroussailleurs de l'aqueduc.


LE PARCOURS DE L'AQUEDUC

Elrick Irastorza et Jacques Fournier (membres éminents de l'AACC), munis d'une montre connectée, donnant la position par satellite, et d'une roulette de géomètre, ont parcouru le tracé de l'aqueduc et, en certains points notés ci-dessous, enregistré la distance vis à vis de la source. L'aqueduc fait bien 6822 mètres de longueur (arrondis à 6830 mètres). Il est maintenant question de baliser l'aqueduc en indiquant en certains points judicieusement choisis (croisements avec routes, sentiers, chemins cyclables, ...) les caractéristiques de l'aqueduc en ce point et les distances vis à vis de la source et du château. Marcher le long de l'aqueduc sera alors encore plus instructif et sécurisant !


Le parc du château

     Les 16 hectares du parc du Château représentent un monde végétal important. Pelouses, massifs et buissons, jardin de buis, arbustes taillés, petits et grands arbres, agrumes en pots, nécessitent un entretien constant. L'accès par ses diverses entrées et la circulation dans le parc, de par l'agencement des terrasses, rampes et allées, demandent aussi de fréquentes interventions de nettoyage de même que les murs d'enceinte. Enfin les trois bassins, toujours susceptibles d'être envahis par une flore et une faune intempestives, doivent être l'objet d'une surveillance permanente.

     En conséquence l'AACC propose à ses adhérents et à toute personne volontaire de participer à des séances d'entretien et de nettoyage du parc. Ces séances ont lieu le second Samedi de chaque mois, de 8h30 à 11h30 avec un point de rendez-vous situé à l'entrée sud du parc (route de Baillargues, possibilité de parking dans le parc). Venez avec un équipement adéquate et, si possible, avec des outils et ustensiles de jardinage (en particulier des récipients ou sacs pour transporter des déchets). Le travail sera récompensé, après 11h30, par un pôt et une grillade offerts dans le parc par la Mairie de Castries.


27 et 28 Mai 2020 : un beau vacarme pour le réveil du parc !

 

Avec un temps généreux en ensoleillement et quelques pluies venant judicieusement arroser le parc, la végétation avait tout loisir de reprendre ses droits, d’autant que depuis le samedi 14 mars 2020, pour la dernière matinée d’entretien, le parc n’avait pas vu grand monde. Le confinement avait privé d’activités les jardiniers du parc, lequel est resté lui aussi confiné dans son antre de verdure. Exception faite du fauchage des prairies, rien n’était venu troubler sa douce quiétude.

 

Finie cette tranquillité. Les 27 et 28 mai, deux matinées ont été mises à profit pour réveiller le parc et lui redonner son aspect initial de parc à la Française. En terme de réveil, effectivement ce fut particulièrement bruyant. Si une trentaine de jardiniers avaient répondu présent à l’invitation, il y avait également les moyens techniques des ateliers municipaux avec tracteurs, tondeuses et débroussailleuses en action dans un vacarme assourdissant. Même les perruches y allaient de leurs cris aigrelets pour manifester leur désapprobation.

 

Les différents chantiers, répartissant les jardiniers pour respecter les recommandations sanitaires, se sont déroulés, (1) sur les rampes d’accès aux terrasses et autour des bassins avec essentiellement une participation féminine, (2) aux abords du parking d’accès avenue de la gare, (3) aux carrés des simples, ces plantes aromatiques et médicinales plantées par les élèves des écoles de Castries, (4) le long du mur sud pour enlever le lierre et dégager les fruitiers, (5) côté nord là aussi pour dégager le mur et nettoyer le bois sauvage le long de la route nationale. En fait les chantiers ne manquaient pas et chacun pouvait s’activer selon ses affinités sur le chantier de son choix.

Les prairies ayant étés fauchées au préalable et le fourrage emballé, le parc présente maintenant son aspect printanier, paré pour recevoir ses visiteurs. Voyez le reportage photo ci dessous.


ENTRETIEN du Samedi 14 Mars 2020

 

Ils étaient une vingtaine, les jardiniers du parc, lorsque Serge a proposé les divers chantiers de la matinée, à savoir plantation de fleurs autour des bassins sur la terrasse du château (c’est là que s’est regroupée la gente féminine), étalement des broyats au pieds des jeunes arbres fruitiers le long du mur sud du parc (Christian (le blond) et Philippe armés d’une brouette ont répandu le broyat) et dégagement des sentiers dans le bois au nord du parc, le long de la route nationale. Ce dernier chantier ayant mobilisé le plus gros des troupes, débroussailleuses et tronçonneuses par le bruit de leurs moteurs ont fait fuir les perruches et toute la faune ailée. C’est en pénétrant dans ce bois, le matin, que nous avons ressenti cette odeur de sous-bois, si caractéristique, sous un épais tapis de feuilles séchées et de terreau. Mais ce qui nous a marqué le plus c’était cette douceur printanière : adieu les giboulées de mars, on se serait cru au mois de mai. A midi, c’est au fond du parc que nous nous sommes retrouvés pour le verre de l’amitié et pour partager la saucisse grillée offerte par la mairie et amenée par notre fidèle Françoise. Les pâtisseries « maison », spécialités d’Aigues-Mortes ou au chocolat, ainsi que le miel « du parc du château » ont été fort appréciés des participants.

 


ENTRETIEN du Samedi 11 Janvier 2020

          Quel charivari de si bonne heure !

     Pour cette première matinée de 2020, 25 jardiniers se présentaient à l’heure du café par une belle matinée fraîche et ensoleillée. Serge s’étant procuré quelques 120 pieds de ciste (plante méditerranéenne, famille des cistacées, poussant en sol sec et ensoleillé) une équipe s’organisait pour les plantations sur la rampe d’accès à la petite cascade, cordeau aligné sous l’œil vigilant et les reins grinçants du président. Les débroussailleurs, sous la houlette de Claude, continuaient le nettoyage du bois de lauriers, ce bois ainsi aéré deviendra une promenade de choix lors des journées estivales. L’équipe des maçons dégageait le caniveau, déversoir de la grande cascade. Ce caniveau en pierre de Castries était initialement pavé latéralement de galets et alimentait les prairies du parc. Lucien se chargeait de brûler les feuilles de platanes ; Christian et Lionel alimentaient le broyeur à végétaux qui permet d’éliminer le volume de déchets tout en fabriquant du BRF (Bois Raméal Fragmenté) qui enrichira le sol des arbres fruitiers plantés le long du mur de clôture sud. Cette matinée était donc caractérisée par un grand charivari provenant du bruit de tronçonneuse et broyeur à végétaux. Vers midi Françoise, notre cantinière attitrée, nous amenait tout le nécessaire pour permettre aux jardiniers du parc de reconstituer leurs forces.


ENTRETIEN du Samedi14 Décembre 2019

 

     Ce samedi matin, les jardiniers du parc se retrouvaient pour le dernier exercice de l’année. Après une aube rouge, annonçant vent ou pluie selon les vieux dictons, la douceur s’installait et c’est une matinée agréable et à l’abri du vent qui s’annonçait pour les jardiniers.

Pour cette dernière de l’année, une trentaine avaient répondu présents au moment du «l’embauche»  et pour la circonstance, Serge nous avait dégoté de petites délicatesses sucrées qui accompagnaient parfaitement le café.

     Coté activités, l’équipe de maçons emmenée par Guy et Vincent s’est attelée à reconstruire un mur en pierres sèches, qui donnait de sérieux signes de faiblesse. Une deuxième équipe avec Jeanine et Gisèle, et constituée d’une forte présence féminine, a désherbé et remis en état l’escalier, côté bois de lauriers, qui accède aux terrasses. La troisième équipe, la plus nombreuse avec entre autres, Andréas et Philippe, n’a pas ménagé ses forces, nettoyage autour de la grande cascade, abattage d’arbres et arbrisseaux, débroussaillage, ratissage, et c’est ainsi qu’en fin de matinée les abords de la cascade se trouvaient plus aérés. Quant à Christian, en travailleur solitaire il a remis à la bonne hauteur la haie du mur Nord du parc.

     La fatigue se faisant ressentir et la fin de matinée approchant, on se retrouvait, toujours autour de la cascade, pour la traditionnelle saucisse, grillée par notre ami Christian aidé de son apprenti Mathis.

Serge ne manquait pas de remercier tous les participants, de plus en plus nombreux, et souhaitait à chacun de passer de bonnes fêtes de fin d’année en famille.

     La prochaine matinée des jardiniers du parc aura lieu le samedi 11 janvier 2020, d’ici là, d’autres précisions vous seront données, …… et beaucoup d’eau aura coulé sous le pont de la Cadoule. Alors « a l’an que ven » !


ENTRETIEN du Samedi 9 Mars 2019

Ce matin, le parc s’est réveillé de bonne heure ...

 

     Ils étaient 25 environ à 8h30 ce samedi 9 mars pour participer à une matinée d’entretien du parc. Après le café et quelques mignardises d’usage, Serge, le responsable de la commission « mise en valeur » a donné ses directives : une équipe dans le fond du parc pour débroussailler et couper les quelques arbres qui envahissent les bords de l’allée centrale ; une équipe autour de la grande cascade pour broyer et dégager le bois de lauriers ; une équipe pour nettoyer les bassins de la terrasse et ramasser les feuilles, et enfin une équipe pour ramasser les branches de platanes tombées par le vent dans les prairies. C’est dire s’il y avait le choix entre les différents chantiers.

     En trois temps deux mouvements, les moteurs se mettaient en route et le parc, dans cette matinée ensoleillée, devait être surpris de toute cette agitation venant troubler son ordinaire beaucoup plus calme et paisible. Tronçonneuses avec Claude et Philippe au fond du parc, tondeuse à gazon pilotée par Paul-Marie au milieu des prairies, débroussailleuse à chenilles entre les mains de Gérard pour refaire les allées du bois de lauriers, et débroussailleuse encore avec Robert pour nettoyer les environs de la cascade, que de monde et surtout que de bruit, ……. mais c’était pour la bonne cause.

Dans le fond du parc un feu était allumé pour brûler les branchettes, Elrick, Jean Marie et Muriel se chargeaient d’alimenter le brasier ; juste à côté, les troncs étaient débités par Christian et Jacques pour être emportés ; aux abords de l’allée centrale les branches de platane étaient entassées par Gérard, Lucien, Marc, Jean Louis et autres…. pour être broyées. A proximité de la grande cascade Michel, François, et Guy secondé par son petit fils, coupaient les repousses des lauriers. Sur les terrasses et à proximité de l’ancien parterre de buis, Patrick, Christian, Gisèle, Francine et Jeanine ramassaient les feuilles pour les brûler. Quand à Serge, il faisait le dépanneur pour toutes ces mécaniques qui de temps à autres éprouvaient, elles aussi, le besoin de souffler un peu. Que d’agitation dans le parc!

     Vers midi notre fidèle cantinière Françoise nous apportait l’apéritif et la saucisse offerts par la mairie. Installée dans le fond du parc, toute l’équipe se retrouvait autour du feu ou suffisamment de braise avait été accumulée pour la grillade. C’est Marc, Jean Louis et Christian qui se chargeaient de la cuisson.

     Belle matinée, bon travail, et bonne ambiance autour du casse-croûte ; le parc pouvait ensuite retrouver toute sa quiétude.

Vous aussi vous pouvez participer à l’entretien du parc.

C’est tous les deuxièmes samedi du mois, rendez-vous à 8h30 à l’entrée du parc avenue de la gare.
Vous souhaitez recevoir une invitation ?

Envoyez votre adresse e-mail à l’Association des Amis du Château de Castries : amischateaudecastries@gmail.com


ENTRETIEN du Samedi 13 Octobre 2018

Autour de la grande Cascade et dans le bois de lauriers.


Divers entretiens en 2016 ...